Disque

In Hearing Taste – album cover 2400X2400

In Hearing Taste

Thos Henley ne possède pas grand chose, et la plupart de ses biens, il les emporte avec lui tout le temps: de l’Angleterre à Dresden en passant par Paris et la Grèce. Son bien le plus précieux et léger, le don d’écrire des chansons pop folk, avec clarté et élégance. Construites de manière sculpturale, ses nouvelles chansons, modernes et transparentes dans la production, touchent droit au coeur et remplissent l’âme.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – 

La Lecture de Disque par Flore Avet

‘’Je crois l’avoir vu bouger !’’

Au fond du champ, très loin dans l’œil. 

Dans un massif de couleurs sèches et jaunes, dans l’ombre de l’arbre, où le sable devient bleu, privé de lumière.

Alors comme un seul homme et dans un même mouvement, nous fléchissions les jambes, les cuisses raides. En position de stabilité et d’attention extrême. 

Quelques mots tirés par la surprise. Et de fait le silence tendu. Quelques bruits d’un autre champ, d’une autre temporalité. Des herbes qui bougeaient sous l’écrasement de la chaleur, des grillons, des muscles qui tremblent, malgré tout. 

Il répond, il chuchote après quelques secondes. Il n’est pas sûr. 

Sa voix sans écho et sifflante, le son coincé dans le chuintement de sa gorge glisse ondule sur le terrain. 

Il se détend, déplie ses genoux pressés. Devient grand et fin. Dressé dans la nature et les bras détendus le long du corps.

 

Il est tout a fait détendu maintenant et sa voix, pour être à une trentaine de décibels restait timbrée dans les graves. Il me répond  ‘’Non je le crois pas, c’était le vent. ‘’ Il parle paisiblement. Sur la fin de ses phrases, ses syllabes reprennent quelques aigus. Il s’amuse. «