Artiste

acetate-zero

Acetate Zero

Acetate Zero est né de sessions jam entre Elsa Diot (voix, guitare, basse et piano), Fabrice Neybecker (voix et guitare) et Stéphane Recrosio (voix, guitare, basse) à la fin de l’année 1996, Paris. Inspiré par Disco Inferno, Dead C, Hood ou encore Bedhead, ils décident d’enregistrer une première production en 1998, The sad beautiful quintessence, en édition limitée, mélange de pop, de guitares saturées et d’effets électroniques en tout genre. En 1999, sort leur 1er album, Softcore Paradise – toujours en édition limitée – qui sera par la suite ré-édité par une maison de disque outre-atlantique en 2003.
Une série d’EP et SP limitée sortent ainsi chaque années entre 2000 et 2002 (Diabolus in musica EP, Pieces in trouble EP et Northland tragedy SP).

Signé également sur Arbouse Recordings, ils sortent cette même année leur second album ; Ground Altitude. Une pause s’invite, les concerts se font rares, c’est le temps de ré-éditer le 1er album sous Drumkid Records et d’intégrer Laurent Box (guitare, basse et batterie) ainsi que Gaël Quintric (guitare, basse, batterie et cors) à la formation parisienne. En 2004, le quintet accouche de leur 3ème full-length, Crestfallen, plus abrasif et noise que les anciennes productions. L’année suivante, un nouvel EP, Somehow about perfection, sort ainsi qu’un live, We Deny This, en 2006 et un nouvel EP l’année d’après avec The Lathe Empire.

En 2008 voit le jour leur 4ème effort, Civilize the Satanists, avec une renaissance pop plus satinée et une écoute plus facile. Enfin, Hesitation Blues est l’album qui les amène sur le devant de la scène avec un bon accueil par la presse : ballade pop, morceaux (post-)rock s’entremêlent. Jusqu’en 2011 ils prépareront leur ultime production, un double album nommé Le Réglage Précis du Zéro, mettant un terme à leur histoire du au départ d’un des fondateur du groupe, Fabrice Neybecker, à l’autre bout de la terre. De cette fin naîtront deux nouvelles formations, l’une menée par Stéphane Recrosio sous le nom d’Astatine et de l’autre French Leisure avec Elsa Diot, Laurent Box et Gaël Quintric pour un rock dans la lignée de Sonic Youth enveloppé de pop.