Artiste

Gaspard-LaNuit-portrait-©-Wladimir-Anselme 2

Gaspard LaNuit

Après Comme un chien paru en 2009 (album Sélection FIP, en playlist sur France Inter & Radi Néo, Le Mouv’, RFI , … revue de presse ci-dessous), et une création avec John Parish autour des écrits de Raymond Carver, Gaspard LaNuit sort un 4ème album cet automne, avec la complicité des musiciens présents autour de lui depuis quelques années. Gaspard LaNuit creuse aujourd’hui le sillon entamé avec Il était temps et approfondi avec Comme un chien. Une tranchée comme un champ de labour ou un sillon de 45T dans lequel un son pop rock -on décèle les influences de John Parish, Grinderman, The Ex, …- se mélange à des textes français mélancoliques à l’humour grinçant, sa verve et son énergie, renforcés d’une écriture précise, subtile et sans concessions (Maîtres à écrire : Dominique A, Bashung/Fauque, Vian, Higelin, Ferré, passons là, …). Sur scène, Gaspard bondit, danse, se contorsionne, s’enroule, se déroule, saute, rampe, se donne tout entier, soutenu par des musiciens à la créativité sans cesse renouvelée et toujours surprenante.

Gaspard LaNuit a été guide d’aveugle, rétenteur d’huile pour un fast-food, assistant de courtier assermenté, archiviste d’une boîte de cours d’anglais, barman, serveur, objecteur de conscience, téléenquêteur, télévendeur, faux directeur musical dans une pseudo école de théâtre, inventoriateur dans une chaîne de grande distribution culturelle, étudiant à la fac, vendeur dans une librairie spécialisée cinéma et théâtre, et attaché de presse dans la musique. Au milieu de tout cela, il a fait différentes écoles de musique et de spectacle et a « créé » en 1997, Gaspard LaNuit, cet autre lui-même, ce fantôme qu’il trimballe dans ses poches trouées et à qui il fait dire, raconter, chanter ce qu’il ne sait dire autrement. Sa soeur, de neuf ans plus âgée, l’a bercé dans leur chambre commune au son des Pink Floyd, Todd Rundgren, Police, et autre Jimi Hendrix tandis que ses parents naviguaient (origines obliges) entre la musique yiddish, Farid El-Atrach et Oum Kalsoum, un peu de jazz, une peu de classique, le « stop ou encore » et les « meilleurs chansons de… ».