Artiste

17458000_1594711987223194_2466664958242040972_n

GAYE SU AKYOL

Istanbul fourmille d’une histoire riche et ancestrale. Du village de pêcheurs qu’elle était, au pilier de l’empire romain qu’elle fut. Point d’ancrage de la Route de la soie et coeur de l’Empire ottoman à l’heure où ses frontières s’étendaient sur une vaste partie du Moyen Orient, jusqu’en Afrique du Nord et l’Est de l’Europe. Au fil des siècles la métropole a attiré un large éventail de cultures, qui s’y sont cotoyées et mélangées. Gaye Su Akyol, auteure-compositrice,  y a grandi, respirant à pleins poumons cet air chargé d’histoire et de culture, aux côtés de sa famille dont les racines courent au plus profond de l’Anatolie. Ce riche amalgame de traditions pose les bases d’un son qu’elle a développé pour son album Hologram Ĭmparatorluğu (Empire hologramme), sur lequel de soyeuses mélodies turques enveloppent un buisson de guitares vibrantes autant qu’épineuses, sur des rythmes entêtants.

Au cœur de son univers, le passé fait corps avec le présent pour partir à l’assaut du futur. Hologram Ĭmparatorluğu est entêtant, enivrant et dangereusement beau. “Chacun doit trouver sa propre forme d’expression”, ajoute-t-elle. “Je cherche dans ma conscience et dans ma culture. J’adore le rock mais il y a d’autres choses enfouies au tréfonds de mon subconscient. Appelez-ça de l’Art rock turc si vous voulez.”

Passé, présent, futur. Sa musique, son art.