Artiste

17342615_1139819162807660_7085085260608594054_n

Jane Weaver

Que faire lorsque votre premier groupe – vous aviez 19 ans – a été managé par l’ancien manager de New Order et propriétaire de l’Hacienda, si ce n’est faire l’exact inverse de ce qu’on attend de vous ? Voilà une question à laquelle Jane Weaver, figure mésestimée de la pop expérimentale anglaise, répond depuis déjà plus de dix ans. Après l’excellent « The Silver Globe », Jane revient aujourd’hui avec le toujours très Gainsbourien « Modern Kosmology », hommage à l’espace et surtout à la Cosmic Pop que son zinzin de mari, Andy Votel, sublime depuis déjà longtemps sur le très planant label Finders Keepers. L’histoire ne dit pas si les comptines astrales de Weaver permettent d’agrandir son pénis ou de faire pousser les poitrines, mais notre département bien-être valide l’écoute en urgence de cette pop inacadémique qui donne furieusement envie de pousser Jean-Claude Vannier à produire des morceaux pour cette autre Jane.