Artiste

juliedoiron

Julie Doiron

“Plus au nord, il y a Julie, canadienne barroudeuse, la tête dans les étoiles et les pieds toujours sur la route. Personnalité attachante, Julie Doiron saura attacher votre coeur au sien.

Sur le touchant Goodnight Nobody, son sixième opus, la présence lumineuse de ses trois amis parisiens d’Herman Düne renforce le sentiment de complicité immédiate qui se dégage de sa musique, organique en diable et servie par un chant de plus en plus cristallin.

Elle a commencé sa carrière à l’âge de dix-huit ans comme bassiste au sein d’Eric’s Trip une formation canadienne de folk rock psychédélique signée sur Sub Pop, le label de Nirvana. Après l’implosion du groupe en 1996, Julie s’est véritablement lancée en solo avec son merveilleux premier album, Broken Girl, du nom des sentiments dévastateurs qui la traversaient à l’époque. Publié sur son propre label, Sappy, ce disque a été réédité sur Jagjaguwar en 2002. Un deuxième album, Loneliest In the Morning, a été enregistré à Memphis en 1997 et publié sur Sub Pop.

Inaugurée par le ep Will You Still Love Me ?, en 1999, sa collaboration avec les Wooden Stars d’Ottawa, se poursuit le temps d’un troisième album aussi simple qu’émouvant, Julie Doiron & The Wooden Stars. Cet album lui vaut de remporter un Juno en 2000, Victoire de la Musique canadienne que son ancien groupe n’avait jamais obtenu.

Elle a depuis publié deux autres disques sur Jagjaguwar, dont Désormais, un album chanté dans sa langue natale, où elle retrouve ses racines françaises, avec une fragilité désarmante. Régulièrement, autant que sa vie de mère de famille le lui permet, elle tourne, et publie des disques chargés d’émotions, toujours illustrés par son mari, John Clayton.

Le dernier en date, Goodnight Nobody, nous touche droit au cœur, dédicacé à « ceux qui ont aimé, qui ont perdu et ont aimé de nouveau ». Julie Doiron, le secret le mieux gardé du Canada ?”

Florent Mazzoleni – Vicious Circle