Artiste

Kinrisu

Kinrisu

Kinrisu joue avec sa voix comme elle joue avec les sons de sa guitare et le langage. Elle invente des mots, des onomatopées empreintes de poésie. La mélodie se promène comme par inadvertance sur le fil, à la manière d’un délicat équilibriste au-dessus du vide ( Kinrisu ne signifie-t-il pas « écureuil doré » ). Elle instaure au moyen d’une bizarre fragilité un étrange climat, un écho familier, un reflet troublé au bord d’un étang dérangé par le vent.  Ses pochettes de disques, ses dessins vibrants comme ses desseins au bord de la fêlure évoquent à merveille ces atmosphères sensibles véritablement inscrites dans la contemporanéité. On y rencontre des créatures monstrueuses pas nécessairement inquiétantes, des grenouilles de fantaisie et des fusées aux couleurs acidulées.

Les titres de ses chansons  Spirits are high ou Misfits in the sun nous parlent de jolies envolées, de ce qui se passe au-delà de l’horizon. C’est quelque chose de sensible et d’intuitif qui s’élabore sur du sable comme prêt à se dissoudre au moindre souffle, comme la trace fugitive d’un ricochet sur le miroir un instant brisé. Kinrisu nous parle de l’amour et du chaos, elle nous parle de notre enfance dans tout ce qu’elle comporte de joyeuse insouciance comme de réelle gravité.