Artiste

528371_130014887157657_1834369891_n

Les Tigres Du Futur

L’histoire du rock a toujours été jalonnée d’artistes au parcours souterrain qui, sans jamais exploser au grand jour, se contentent d’influencer discrètement mais durablement la musique. Le natif de Pézenas, Jo-Bernard Castagneri -artiste, musicien, producteur et bien plus-, est un de ces hommes-là. Un grand oublié des encyclopédies du rock français, mais dont la main invisible oeuvre encore aujourd’hui en secret. La légende des Studios Castagneri est décidément faite pour durer. Près de quatre décennies plus tard, avec la collaboration de son fils, Pierre-Armando, Jo-Bernard Castagneri est sur le point de donner un nouveau souffle à son projet le plus notable.
Ce projet, qui va devenir « Les Tigres du Futur », a commencé en 1978 lorsque Catagneri a réuni quelques-uns des musiciens de studio les plus prolifiques de la région : Stefano Mamazzoni à la guitare lead, Pietro Blotimani à la guitare rythmique, Arnaldo Rizzo à la basse, Nicola Erico Mornione à la batterie et Niccolo-Giuseppe di Serbinolaï aux divers claviers. (Il est à noter deux choses intéressantes au sujet des musiciens de Castagneri : Premièrement, certains d’entre eux étaient connus pour leurs travaux sur les bandes originales de films de grands réalisateurs tels Lamberto Bava et Jean Rollin ainsi qu’avec divers réalisateurs de séries-C italiens et mexicains. Malheureusement, ces collaborations sont si obscures que même une intense recherche sur internet ne produirai que peu de résultats valables. Deuxièmement, une rumeur insistante fait état de liens familiaux entre ces musiciens et Jo-Bernard Castagneri). Maintenant, vous devez vous demander comment tout cela sonne ? Et bien, ces Tigres du Futur sont à l’easy listening ce que Motorhead est au chant grégorien. Les guitares sont acides, la basse puissante et les claviers entêtants sont soutenus par une batterie percutante. Les influences de séries B et des compositeurs comme les Goblins sont présentes en filigrane. Chacun des morceaux est une scène cinématographique aux rythmes endiablés, comme si les ‘Man Or Astroman’ rencontraient un ‘James Taylor Quartet’, piqué aux anabolisants lors d’une projection d’un DarioArgento.