Artiste

Marcos Valle

MARCOS VALLE

Toute apparence n’est pas forcément trompeuse. Même à 70 ans bien passés, Marcos Valle a toujours l’air d’un heureux hippie tout droit sorti d’une époque haute en couleurs, et sa musique n’a pas pris une ride. Oscillant entre la bossa nova, la samba, le funk et la musique dansante brésilienne, Marcos Valle est un pur produit du melting pot brésilien, aux sonorités multicolores et à la suavité lumineuse.

Si l’artiste est aussi éclectique, ce n’est pas tout-à-fait par hasard. Bercé par la musique classique dès sa plus tendre enfance, qu’il apprivoise par la pratique dès ses jeunes années, Marcos Valle trouve rapidement des sources d’inspiration plus diversifiées, tout particulièrement dans le jazz.

Très jeune, il se découvre un goût pour l’écriture de chansons, et forme un groupe avec son frère Paulo, les Tamba Trio, qui connaît un rapide succès avec le tube Sonho de Maria, conduisant ainsi Marco à être sacré « compositeur de l’année » au Brésil, à seulement dix-neuf ans. Peu de temps après, il signe son premier contrat chez EMI Brazil avec l’album Samba Demais.

Après son pays natal, notre Marcos s’attaque à l’Amérique du Nord : en 1967 il signe chez Warner Bros son Braziliance ! pour sortir l’année suivante son désormais culte Samba’68, classique brésilien du genre à la pop joyeusement contagieuse. Pourtant, cet album, qui livrait de si belles promesses, ne mena pas l’artiste vers d’autres succès internationaux. Rapidement séduit par le rock n roll qui influença de nombreux artistes brésiliens des années 70 (Os Mutantes, Caetano Veloso, Gilberto Gil…), Marcos quitte doucement la samba et la bossa nova pour des sonorités plus électriques, tout en continuant à enregistrer chez EMI jusqu’au début des années 80.

Du fait de l’insécurité politique du Brésil des années 70, Marcos Valle emménage en Californie en 1975, et se retrouve alors à composer et écrire pour Eumir Deodato, Airto Moreira, Chicago, Sarah Vaughn et Leon War. Peu de temps après, Marcos retourne au bercail, riche de ses influences américaines empreintes de soul et de funk, pour sortir pléthore d’enregistrements résolument plus soul, avec un soupçon boogie. Pourtant, la nouvelle commercialisation de la musique ne tarde pas à freiner l’élan créatif de l’artiste. Marcos reste alors silencieux pendant de nombreuses années, blasé par une époque qui ne lui correspond plus.

Aujourd’hui, 2015, Marcos Valle ne cesse d’être réédité voire samplé par certains grands d’aujourd’hui (Kanye West ou Jay-Z), l’occasion pour nous d’apprécier la musique de cet artiste résolument intemporel.