Artiste

meinsohnwilliam_aigle

MEIN SOHN WILLIAM

A bien des égards, le rennais Mein Sohn William, alias Dorian Taburet, est un artiste singulier. D’une part parce qu’il exécute à lui seul le travail d’au moins trois musiciens et d’autre part parce que sa créativité, sa folie et son dynamisme sont sans limite. Mein Sohn William ne ressemble pas à grand chose de connu… des morceaux farfelus, souvent imprévisibles et addictifs.

Pourtant, cela fait à peine trois ans que Dorian parcourt la France avec sa guitare (déjà bien usée), ses pédales de sample et sa voix (tantôt celle d’un conteur halluciné tantôt celle d’un chanteur habité). Et ceux qui ont croisé son chemin s’en souviennent encore. Le fait qu’il soit cinglé sur scène en est probablement la principale raison mais pas la seule, car au delà de l’agitation du bonhomme sur les planches et du buzz provoqué par le soutien des Transmusicales, il se dégage une véritable effervescence dans tout ce que fait ce garçon. On n’en distingue pas encore les frontières… Quant à l’énergie délivrée à chaque prestation par le jeune musicien, elle ferait pâlir n’importe quel groupe de rock sous speed.

A ce jour, Mein Sohn William n’a sorti qu’une démo, ”Orchestre National”, qui fut par ailleurs joliment chroniquée par Noise suite à sa prestation au festival organisé par le magazine. La scène, Dorian l’a déjà partagée avec bon nombre d’artistes (se payant parfois le luxe de leur piquer la vedette), dont la notoriété de certains n’est plus à faire. On citera par exemple l’Enfance Rouge, Gablé, The Go! Team, Jonathan Richman ou Cheveu.

Les 10 morceaux du premier album de Mein Sohn William sont autant de dérapages volontaires remarquablement maîtrisés et entêtants, mêlant fougue, sensibilité mélodique et talent d’écriture certains. Chaque titre constitue en soi un véritable hit (comme le single “Until The End“), explore des idées et des délires nouveaux, le tout étant déjà, malgré la folie, impressionnant de cohérence et de maturité.

Source : Impérial.

 

MEIN SOHN WILLIAM

MEIN SOHN WILLIAM - Until the end