Artiste

7568_10151307837137161_1248072116_n

Pendentif

Des plages américaines (MGMT, Seapony, The Drums…) aux vagues froides de l’Angleterre (Metronomy, Pulp…), le groupe bordelais PENDENTIF remet la côte atlantique et sa banlieue au goût du jour.
Entre pop new-wave et variété française, leur premier EP sorti au printemps 2011 a été très bien reçu par la presse (Les Inrocks, Magic, Serge… ) et a ainsi permis au groupe de jouer aux côtés des plus grands (Catherine Ringer, Baxter Dury, The Bewitched Hands… ) et sur les plus prestigieuses scènes de France : les Francofolies de La Rochelle, la Cigale, les Bar en Trans, Le Printemps de Bourges, Garorock… jusqu’au Québec. 
Cindy Callède (chant), Benoit Lambin (chant, guitare), Mathieu Vincent (basse, chœurs), Ariel Tintar (claviers, guitare, chœurs) et Jonathan Lamarque (batterie, chœurs) chantent à l’unisson les copains, les vacances au soleil, les premières fois, la volonté de changer le monde, et nous invitent à « des millions d’heures de conneries ».
Revenus de leur périple coloré, ces dandys agités montent les basses, sortent les guitares du placard, nous font danser avec au chant l’irradieuse Cindy, celle qu’ils surnomment la Jonquille.
Un virage contrôlé pour la bande des Pendentif qui, sans oublier leur lumineux premier essai, adoptent aujourd’hui une attitude plus citadine. Comme si un artiste Motown était passé chez Stax .
Ce qui reste de leur aventure ? L’essentiel : les instants volés, des envies de soul music, de vraies histoires, la langue française et la classe anglaise.
Salué par Etienne Daho lors de leur passage à Paris pour la soirée « Tombés pour la France », ce bijou gardera encore longtemps son éclat.
Leur premier album prévu pour 2013 promet d’être un véritable coup de maître, parmi ceux que l’on garde précieusement lorsqu’on déménage et qu’on lègue fièrement à son fils.