Artiste

Gaspar-Claus-e1379519086991

Ramona Cordova

En ces temps où les belles histoires pullulent plus que de raison autour des artefacts pop, souvent sans vraie justification, avouez qu’on serait idiot de ne pas le faire. Car il n’aura pas échappé aux aficionados et amoureux de Ramon que sept années ont passé depuis la parution de The Boy Who Floated Freely, son premier album. A l’échelle d’un DJ de house music, ça fait au mois deux existences consécutives ; à l’échelle d’un songwriter médian, c’est un sacré coup de poker pour la carrière… Mais à l’échelle de Ramona Córdova, c’est rien de moins, rien de plus que deux ou trois voyages autour du monde, un petit collier de doutes, un moment un poil prolongé de réflexion. En sept ans, Ramon n’a pas seulement grandi, mûri, muté: il a fait muer sa voie d’artiste. On jette même sans peur à l’auditeur un défi: trouver un équivalent dans tous les champs actuels, indie, super souterrains ou mainstream, à l’étrange petite cabane de Ramona Córdova. Sept ans de réflexion, sept ans de voyage à tâtons dans le noir, c’est exactement le temps qu’il faut aux chanteurs de folk music pour devenir des grands artistes tout court. Et la bonne nouvelle c’est que depuis qu’il a grandi, Ramon ne pense plus qu’à une chose, c’est l’avenir.