Artiste

photo bouba yann

Stranded Horses / Boubacar Cissokho

Stranded Horse + Boubacar Cissokho

Yann Tambour développe depuis 2005 sous le nom de Stranded Horse un projet musical aux confins du folk anglo-saxon et de la musique mandingue. S’appropriant la kora de façon singulière, il a notamment collaboré avec l’un des grands maîtres de l’instrument , le malien Ballaké Sissoko.

Aujourd’hui, Yann enregistre, à l’occasion de résidences dakaroises, et se produit en duo avec Boubacar Cissokho, jeune cousin virtuose de Ballaké. Dakarois d’origine, il a passé 7 ans à Bamako pour apprendre et transmettre l’art de la kora dont il deviendra bien vite, à n’en point douter, l’un des plus éminents représentants.

Dans la continuité de son second album « Humbling Tides » (Talitres, 2011), et avec la volonté intacte d’explorer de nouveaux territoires et de nouveaux univers, de multiplier les collaborations et les rencontres, Yann sort deux premiers titres enregistrés à Dakar en juin 2012 (publiés en 45 tours chez Talitres). ‘Transmission’ ou comment revisiter Joy Division avec des instruments d’Afrique Occidentale (balafon, riti, koras). ‘A Faint Light‘ perle aux arpèges suspendus qui fourmillent, scintillent et brillent d’une dextérité folle.

Dans la continuité de ces premiers extraits et à la suite d’une création exceptionnelle au Théâtre Nationale de Toulouse en décembre 2012 où Stranded Horse a carte blanche pour composer son ensemble, il invite Boubacar à rejoindre son quintet (violon, violon, violoncelle, alto, koras, guitare) pour une représentation unique. Puis les deux musiciens koristes se retrouvent au Sénégal en mai 2013 pour écrire et parfaire une série de morceaux.

Ils seront pour la première fois en France en représentation en duo à partir de Juin 2013 !

Même pas surpris d’entendre ainsi des instruments d’Afrique Occidentale (la kora reine) reprendre avec une telle chaleur, une telle hypnose le pourtant raide et glacial Transmission de Joy Division. Un trésor dû à Stranded Horse, le groupe-bis du Français Yann Tambour, érudit des sons maliens, sénégalais ou mandingues, qui avait déjà repris les Smiths avec les mêmes armes désarmantes.” JD Beauvallet, Les Inrockuptibles.