Artiste

space_lady_1377780100_crop_550x395

The Space Lady

“Par où commencer, donc, avec cette Dame? D’abord dire qu’il n’y a aucune raison de vous en vouloir si vous n’avez jamais entendu parler d’elle. A l’instar de Moondog, The Space Lady a commencé sa carrière dans les rues de San Francisco à un moment indéterminé des années 70, l’a interrompue à un moment indéterminé des années 90 et à l’exception des bonnes gens et des badauds de la Bay Area, très peu de mélomanes ont eu l’occasion de l’entendre chanter.

En fait, les chansons de The Space Lady sont devenues plus ou moins légendaires chez le grand public indie via le volume 2 de Songs In The Key Of Z, compilation historique d’Irwin Chusid consacrée “au monde étrange de l’outsider music” où elle s’illustrait aux côtés des Shaggs, de B.J. Snowden ou Jandek. A part ça, les seuls fragments de musiques enregistrés par la Dame qu’on pouvait entendre étaient soit lacunaires, soit auto-édités en CD-R à des tirages dérisoires (mais apparemment toujours disponibles via CD Baby). Ce qui n’a pas empêché des meta-outsiders comme John Maus de se répandre en éloges sur son usage cosmique de l’accordéon ou du Casio et de la playlister à gogo (cf. ce mix). Car derrière les volutes de synthé cheap et le petit casque d’Asterix sur la tête, toute la magie de The Space Lady tient à sa voix terrienne et gracieuse, à mi-chemin d’une Grace Slick groggy et d’Alison Statton des Young Marble Giants.”
Olivier Lamm – The Drone