ALBAN CLAUDIN - It’s a Long Way to Happiness


26/02/2021


Grand admirateur de Ravel, Bartók, d’Oasis et Tame Impala, diplômé du Conservatoire, fin connaisseur des claviers électroniques et batteur, le jeune pianiste Alban Claudin a de nombreuses cordes à son arc. Ce jeune et talentueux artiste a signé des musiques de documentaires et de courts-métrages, collaboré avec des marques de prestige (Louis Vuitton, Chanel, Van Cleef & Arpels…) tandis que les plus fins connaisseurs de la jeune scène française l’ont déjà certainement remarqué aux côtés de La Féline, Voyou ou Yelle dont il a remixé « Je t’aime encore », et bien sûr auprès de Clara Luciani à la direction musicale et aux claviers. Alban a pendant longtemps travaillé depuis son studio improvisé dans la maison de son enfance, écrivant de nombreuses pièces pour son instrument de prédilection, le piano, mais aussi pour orchestre avant de décider d’envisager la réalisation d’un album. Le musicien se concentre alors sur la composition pour piano et expérimente en studio différentes manières d’enregistrer, à la recherche du son qui singularisera sa musique. « Même s’il n’a que 300 ans, le piano a été exploité sous toutes les formes possibles et il est très difficile de réinventer cet instrument, d’en faire quelque chose qui n’ait pas été fait » explique Alban. Ainsi, quittant l’ombre des autres, il présente aujourd’hui, en son nom, It’s A Long Way To Happiness, dont l’immédiateté mélodique, presque pop révèle un compositeur inspiré à la mélancolie souriante, portée par une interprétation lumineuse, entre Yann Tiersen et Erik Satie. Conçus comme autant d’airs à retenir, les compositions d’Alban évoquent dans leur simplicité le charme de l’enfance et sa nature authentique et fragile, et sa féérie évidente réveille le cœur de souvenirs communs. « Pour moi, dit-il, la mélancolie est une forme de nostalgie bien digérée, qui fait sourire, comme si les drames d’hier avaient pour but de se transformer en légèreté et, finalement, nous faire du bien ».

lp 24,00