CLEA VINCENT - Tropi-Cléa 2

MAI 2020


  Quelques mois après la sortie de son deuxième album Nuits sans sommeil, Cléa Vincent est retournée en studio à Midilive, ancien studio mythique Vogue, pour donner vie à six nouveaux titres qu'elle a composés cet hiver. Une suite grand format de Tropi-Cléa sur une même méthode : un enregistrement live en immersion, des cuivres et percussions pour enrichir sa formule pop et une liberté d'expérimentation fondamentale à ce projet. Tropi-Cléa 2 s’appréhende comme la deuxième partie d’un diptyque qui s’ancre davantage dans la réalité et aborde différents thèmes : la rencontre amoureuse (Sans dec), le droit à l’oisiveté dans un monde qui court (N’allez pas travailler), le rapport entre les hommes et les femmes (Poupée canapé) … L’auteure-compositrice a opéré une recherche méticuleuse et une plongée dans de nouvelles sonorités qu’elle a mélangées à sa signature pop / french touch : elle crée une piste de danse folle où reggae, salsa, cumbia, bossa nova et jazz se mêlent à la chanson pour aboutir à ces six titres fougueux, lumineux et spontanés. Ancienne élève assidue du Conservatoire, Cléa Vincent fait d’un piano jazz la colonne vertébrale de cet ouvrage, un clavier qui se promène d’outro (Bahia) en montuno cubaines (Du sang sur les congas), des cuivres éthiopiens et une exécution qui fait sauter tous les codes. Tropi-Cléa 2, et plus particulièrement N’allez pas travailler tire une révérence à Aux armes et cætera, treizième album de Serge Gainsbourg, et à sa relecture de la chanson française par le prisme du reggae. Cléa Vincent cite aussi les Brésiliens Caetano Veloso et Chico Buarque ou encore Baden Powell - dont le fils, Philippe, lui a enseigné le piano - parmi les sources d’inspiration majeures de la parenthèse tropicale qu’est cet EP. Cléa Vincent nous glisse ses émotions sur des rythmes enjoués et nos jambes en redemandent.  
lp 14,00