COLA BOYY - PROSTHETIC BOOMBOX


18 JUIN 2021


Rien ne s'est jamais passé normalement pour Cola Boyy: une voix d'enfant dans un corps à part, un talent hors normes et un parcours improbable. Né avec un lourd handicap, Matthew Urango, alias Cola Boyy, grandit à Oxnard (la ville d'Anderson.Paak et Madlib) et s'essaie au punk avant de choisir d'écrire ses propres morceaux disco pop rayonnants. Repéré par le label français Record Makers (maison de Sébastien Tellier, Kavinsky...) qui voit en lui un auteur-compositeur à contre-courant des stéréotypes pop, le californien signe son premier contrat et sort son premier EP Black Boogie Neon en 2018, qui inclut son tube Penny Girl. Il passe en deux ans d'une petite scène DIY de Los Angeles aux premières parties de MGMT, est invité au Pitchfork Music Festival Paris puis à Coachella (le fondateur Paul Tollett mettra un point d'honneur à assister au set du petit prodige). Pourquoi, comment ? D'abord pour ses talents de songwriter et sa délicieuse compagnie qui font de Cola Boyy l'artiste coup de coeur de nos musiciens préférés. Et parce qu'il séduit au-delà de toute chapelle, l'artiste parvient à fédérer autour de lui le casting transatlantique le plus dingue de l'année : d'un côté MGMT et les Australiens de The Avalanches, John Carroll Kirby Solange, Blood Orange) et infinite bisous (musicien protégé de Connan Mockasin) ; de l'autre côté les Français Nicolas Godin (AIR) et Pierre Rousseau (oiseau solo de Paradis), le poulain d'Ed Banger MYD et Bon Voyage Organisation (artisan du renouveau French disco du XXIe siècle). Tous réunis autour de Cola Boyy. Résultat : ce Prosthetic Boombox, premier album en forme de ghetto-blaster coloré, melting-pot d'influences qui vont de Paul McCartney (période Wings) à Kanye West en passant par Harry Nilsson et Chaka Khan. On pense aux albums de kid soul, ces enfants-chanteurs poussés par la Motown au tournant des 70's et du succès des Jackson Five. On passe d'un latin-funk chargé de breaks terribles à une balade délicieuse, puis un disco funk aigre-doux avec toujours cette idée maîtresse : la légèreté fluide et les mots de la vraie vie d'un jeune californien très remonté.

lp 21,00