Fort Romeau - BEINGS OF LIGHT


11/02/2022


Après une série de singles et d’EP, le producteur britannique Michael Greene, alias Fort Romeau, revient au format album avec Beings of Light, la suite attendue de son deuxième album Insides paru en 2015 chez Ghostly International. DJ prolifique, qui oriente habituellement ses productions pour le dancefloor, Fort Romeau considère le format album comme un espace pour s’étirer et s’exprimer plus longuement. Il a exploré plusieurs approches stylistiques ces dernières années, mais face à la pause prolongée de la communauté danse en 2020, Michael s’est concentré sur un travail plus en profondeur. Avec une volonté de retour aux sources, il a amassé plus d’une douzaine d’heures de sons. Le résultat est Beings of Light, une collection de morceaux entre ambient de jours de pluie, disco baignée au clair-de-lune et techno onirique. L’inspiration fondamentale provient d’une œuvre de Steven Arnold, un protégé de Dalí, connu pour avoir construit des tableaux d’autres mondes à partir d’objets trouvés jusqu’à son décès du SIDA en 1994. La photographie, Power of Grace, datant de 1984 qui illustre la pochette à l’album lui a immédiatement parlé. Ce visuel, ainsi que l’idée surréaliste que les rêves nous permettent de créer une meilleure réalité, ont conduit Michael à façonner un disque ambitieux, une lettre d’amour à la dance music avec un message d’espoir. Beings of Light, le titre de l’album vient de sa conviction que les gens peuvent faciliter le changement en imaginant d’abord la façon dont ils veulent que les choses soient, et en ne laissant pas le cynisme bloquer cette lumière. "Spotlight" est l’ode de Michael à la ville romancée de New York qui vit dans nos cœurs, nocturne et insouciante. Un extrait vocal répète le titre qui évoque les classiques house. "Ramona" rend hommage au club Robert Johnson à Offenbach en Allemagne. C’est aussi un clin d’œil appuyé à la house moderne et minimale de Francfort. Deux pièces ambient, "(In The) Rain" et "Porta Coeli", montre sa volonté d’aller plus loin que le dancefloor et de trouver un espace intermédiaire qui par delà la précision sonore fait le lien avec la complexité et l'ambiguïté des émotions humaines. En fermeture, "Beings of Light" est un arc construit avec des textures atmosphériques, des percussions euphoriques et une mélodie de piano qui fait mouche. Le monde des rêves est notre arme la plus puissante contre le statu quo, après tout les réalités ne peuvent exister sans avoir été imaginées au préalable. Vinyle marbré gris et noir limité à 1 500 copies.

LP, Album VINYLE MARBRÉ NOIR & GRIS 26,00