FREDRIKA STAHL - NATTEN


12/03/2021


« C’est sans doute l’album du tournant pour Fredrika Stahl, qui propose aujourd’hui son disque le plus personnel, façonné tout au long des heures suspendues de la nuit. Fredrika continue à assembler les briques d’une œuvre durable, profonde, délicate. Et à se réinventer. Dans son nouvel album « Natten » (la nuit en suédois), elle fait à nouveau la démonstration de son talent protéiforme d’autrice, de compositrice et d’interprète. Avec maestria. Fredrika vient d’un monde bipolaire, où le jour et la nuit durent des semaines. De son pays natal (la Suède) elle a gardé cette habitude d’introspection lorsque le soleil disparaît et a reconstruit ce mouvement, chaque jour qui passe. Qu’il s’agisse de se glisser tout en douceur sous les « Bed Sheets », bercé par des harmonies qui rappellent parfois Ásgeir ou Billie Eilish, d’être porté par la grâce d’ « Electric », de faire un petit détour par les plaines glacées dans « The Razor’s Edge » aux accents Roveriens, mêlant les envolées vocales d’une Kate Bush, la dream pop de Bat for Lashes ou The Do et l’élégance musicale d’une Agnès Obel, Fredrika Stahl nous entraîne dans des univers à la fois mystérieux, épique, romantiques, traversés de lumière, de douceur… Dans son premier single « Rescue Me », ôde naturaliste, elle nous emporte par sa puissance mélodique et vocale tapissé d’une pop tribale tout en tension et délicatesse. Cerise sur le gâteau, le très beau duo avec Dominique A, intitulé « Finalement la nuit » (une des rares fois où Fredrika chante en français). Depuis le film « Demain » en 2014 et notamment son thème « The World to Come » (cumulant plusieurs millions de streams), les nombreuses synchronisations de « Twinkle Twinkle Little Star » (dont la dernière campagne Dior), Fredrika s’est définitivement éprise de liberté. Avec ce dernier opus on découvre chez la discrète Fredrika, une sincérité bouleversante, une ferveur et une fantaisie qui n’ont pas fini de nous faire chavirer. » - Cyril Dion

lp 29,00