Fruit Bats - SOMETIMES A CLOUD IS JUST A CLOUD: SLOW GROWERS, SLEEPER HITS AND LOST SONGS


28/01/2022


Eric D. Johnson, la force créatrice derrière Fruit Bats, ne passe pas beaucoup de temps à regarder en arrière. Peut-être que c'est un truc du Midwest. Il explique qu'il ne faut pas être trop réfléchi ou nombriliste. Et en tant qu'auteur-compositeur, vous voulez toujours regarder vers l'avant, pas vers l'arrière. Mais avec le 20e anniversaire de son premier album Fruit Bats (Echolocation, 2001) en tête, le moment était venu de faire le point sur son travail, et il le fait sous la forme de Sometimes a Cloud Is Just a Cloud: Slow Growers, Sleeper Hits and Lost Songs (2001-2021), une collection de deux disques qui retrace l'histoire de Fruit Bats depuis ses débuts jusqu'à aujourd'hui. Compilé avec soin par lui-même, ce coffret est divisé en deux parties distinctes. Dans l'ordre chronologique inverse, le premier disque est une sélection des sorties officielles de Fruit Bats, y compris les préférés des fans - "Humbug Mountain Song" de l'album Absolute Loser de 2016 et "The Bottom of It" de Gold Past Life, son premier album chez Merge en 2019 - ainsi que certains choix plus personnels comme "Glass in Your Feet" d'Echolocation. Il avait 25 ans quand il a fait ce disque et était encore plus jeune quand il a écrit cette chanson. Il n'avait probablement pas encore appris à écrire avec le cœur. Il essayait de créer un son. À cette période, il ne s'agissait même pas vraiment de la chanson. Le premier disque commence par un tout nouveau morceau, "Rips Me Up". Enregistrée avec Josh Kaufman, qui a participé à la production de l'album The Pet Parade de Fruit Bats en 2021, la chanson très expressive traite de la façon dont l'amour nous paralyse et nous blesse. Le deuxième disque est destiné aux fans de longue date qui veulent une plongée plus profonde dans l’univers de Fruit Bats. On y trouve d'adorables premières versions de "Rainbow Sign" et "The Old Black Hole", enregistrées sur un 4-pistes Tascam au moment où Fruit Bats prenait forme. On y trouve également une version décousue de "The Joker", un classique du rock du Steve Miller Band, ainsi que de merveilleux morceaux originaux jamais entendus auparavant. Pour Eric D. Johnson, deux des morceaux les plus excitants sont "WACS" et "When the Stars Are Out", tous deux enregistrés lors des sessions de l'album Tripper de 2011. Le premier se démarque par l'apparition de J Mascis de Dinosaur Jr. qui applique au mélange un solo psych-soul parfait. Sur le second, on retrouve un autre invité spécial, le grand et regretté Richard Swift au piano. Même s’il a eu quelques débats intérieurs sur le fait de ruminer ainsi son travail passé, ce projet l’a au final rassuré sur le fait que faire confiance à son instinct musical l'a bien servi au cours des deux dernières décennies et continuera à le servir à l'avenir

2xLp, Album 35,00
2001 - 2021