Ibibio Sound Machine - ELECTRICITY


25 MARS 2022


Même dans les moments difficiles, il n'y a pas d'amour sans électricité. Electricity est le quatrième album d'Ibibio Sound Machine, et comme toute bonne histoire afrofuturiste, il commence par une crise existentielle. Né des turbulences des années 2020, il est plus sombre que tout ce que le groupe a fait auparavant. Il habite un monde à cran. Produit par le groupe britannique synthpop Hot Chip, nommé aux Grammy Awards et aux Mercury Prize, Electricity est le fruit d’une admiration réciproque développée en s'observant mutuellement sur les scènes mais aussi d'un amour partagé pour la musique de Francis Bebey et Giorgio Moroder. C’est le premier album d'Ibibio Sound Machine réalisé avec des producteurs externes depuis la formation du groupe à Londres en 2013 par la chanteuse Eno Williams et le saxophoniste Max Grunhard. Hot Chip et Ibibio Sound Machine ont travaillé ensemble en profondeur tout au long du processus. En cours de route, l'équipe a créé un kaléidoscope de délices, avec des résonances de Jonzun Crew, Grace Jones, William Onyeabor, Tom Tom Club, Kae Tempest, Keith LeBlanc, The J.B.'s, Fourth World de Jon Hassell et Bootsy Collins. La mélodie du titre d'ouverture "Protection From Evil" voit Eno Williams brandir l’énorme ligne de synthé d'Al Doyle (Hot Chip) comme un bouclier spirituel contre des forces maléfiques indéterminées - indéterminées parce qu’elle parle en langues inconnues. Ses paroles sont des onomatopées : leur sens est défini par sa prestation énergique. Au fur et à mesure que Electricity prend son envol, les paroles en faveur d'un avenir plus radieux font de même, alternant entre l'anglais et l'ibibio, parfois à l'intérieur d'un même couplet, et propulsées par l'afrobeat ininterrompu de Joseph Amoako. Elle approfondit ce sentiment avec le single "All That You Want", assurant son intérêt romantique tout en exigeant la réciprocité. Pendant ce temps, le synthétiseur Juno enjoué de Scott Baylis guide les pieds de l'auditeur vers le dancefloor. Electricity est une réalisation profonde et sans faille de l'ambitieux manifeste fondateur qui visait à combiner le caractère singulièrement rythmique de la langue ibibio - que Eno, ayant grandie au Nigeria, parle - avec un éventail de musiques traditionnelles d'Afrique de l'Ouest et de sons électroniques plus modernes. Si le groupe aime s'aventurer en territoire électronique, il ne s'agit pas seulement d'adopter les nouvelles technologies. Ce qui est essentiel, c'est de garder la musique ancrée dans les racines africaines. Ibibio Sound Machine en donne le meilleur exemple sur le morceau "Freedom". Ce titre a été inspiré par les femmes Baka du Cameroun, qui jouent du tambour dans l'eau, ce qui a alimenté les paroles, lesquelles ont incité Hot Chip et Ibibio Sound Machine à y superposer en studio des motifs électroniques joyeusement cinétiques. Lorsque le morceau se termine par le mantra "rage, hope, cope, soul", il est clair qu'Ibibio Sound Machine a canalisé, exploité et distillé ces mots comme principes directeurs, à la fois pour l'album et pour le monde turbulent

LP, Album Yellow 23,00