ILITCH - White Light


mi janvier 2022


LP, transparent light blue vinyl + insert + download code Avec les interventions de / Featuring JAC BERROCAL, AARON MOORE, QUENTIN ROLLET, MILENA DRYTHER-LERRU. After multiple projects and collaborations with, among others, Valentina Fanigliulo (Mushy, Phantom Love), Nicholas Littlemore (Empire Of The Sun, Pnau), Aaron Moore, Quentin Rollet, Jac Berrocal ... Thierry Müller restart the “concept” of ILITCH for this opus - new ilitch album since 2010 (Except Art Editions). Ilitch albums, too rare for some, cults for others, are from the beginning generated by important moments in the life of Thierry Müller. Inspired by them, re ecting them, sublimating them, treating them as therapy or bearing an incisive, sometimes impudent and / or disillusioned look, Thierry gives each opus a resonance, a sound, a singular treatment. In the bloodline of “10 Suicides”, “Lena’s Life”, ... he gives us a very personal concept album: “Several health-related accidents have led me to reflect on the passing of time, resulting in ashbacks, disturbing feelings about memory and neurological disorders, the questions it causes, and a strange feeling that I tried to “translate” into the song White Light that gave the title to the album ... “. This introspective album takes us to unknown lands that can only question and seduce us.FR Après de multiples projets et collaborations avec, entre autres, Valentina Fanigliulo (Mushy, Phantom Love), Nicholas Littlemore (Empire Of The Sun, Pnau), Aaron Moore, Quentin Rollet, Jac Berrocal... Thierry Müller reprend le « concept » d’ILITCH pour cet opus – nouvel album d’ilitch depuis 2010 (Hors éditions d’art). Les albums d’ilitch, trop rare pour certains, cultes pour d’autres, sont depuis le début générés par des moments importants dans la vie de Thierry Müller. S’inspirant, de ceux- ci, les reflétant, les sublimant, les traitant comme thérapie ou portant un regard incisif, des fois impudent et/ou désabusé, Thierry donne à chaque opus une résonance, un son, un traitement singulier. Dans la lignée de “10 Suicides”, “Lena’s Life”,... il nous livre un album-concept très personnel : « Plusieurs accidents de santé m’ont emmené à entamer une ré exion sur le temps qui passe entraînant des ash- back, des sentiments perturbants à propos des troubles de la mémoire et neurologiques, des questions qu’elle engendre ainsi qu’une étrange sensation que j’ai essayé de « traduire » dans le morceau White Light qui a donné le titre à l’album... ». Cet album introspectif nous entraîne dans des contrées inconnues qui ne peuvent que nous questionner et nous séduire.

Lp, Album 25,00