KAREN BLACK - DREAMING OF YOU


16 JUILLET 2021


Oeuvre d’une actrice, musicienne, plasticienne et esprit créatif sans faille, Dreaming of You (1971-1976) du label Anthology Recordings rassemble pour la première fois les meilleurs enregistrements de Karen Black. Produits par Cass McCombs et méticuleusement restaurés à partir des bandes originales, les quinze morceaux sont une représentation holistique de l’identité musicale rêveuse et introspective de Karen. Figure importante de la nouvelle vague américaine nommée aux Oscars et primée aux Golden Globes, Karen Black a aussi écrit et enregistré une foule de chansons originales au beau milieu de son ascension fulgurante en tant qu’actrice. Plusieurs ont été réalisées avec Bones Howe et Elliot Maze, deux des producteurs les plus prestigieux de l’époque. Rappelant les qualités passe-partout de Judy Collins et le mystère discret de Billie Holiday, elle chante en grande partie sur une simple guitare acoustique, sa voix tel un faisceau de lumière au milieu de contes fantastiques et de chagrins d’amour. Pour Karen, écrire des chansons était comme une étude de personnage, elle a souvent réalisé plusieurs prises d’une chanson en changeant de ton, phrasé ou cadence avec une gamme vocale allant de graves bien enracinés à des aigus célestes. Cass McCombs invite Karen sur son album Catacombs (2009). Projetant de réaliser un album ensemble, ils enregistrent deux titres en 2012 : "Royal Jelly" et "I Wish I Knew The Man I Thought You Were". Ce dernier est un témoignage dévastateur de la dynamique de pouvoir entre un professeur et un étudiant, basé sur l’expérience de Karen dans les années 60 à l’université. Elle y chante sur des réverbérations légères de guitare acoustique, de basse, batterie et pedal steel, provoquant un sentiment de lointain souvenir mais de douleur toujours présente. Karen décède en 2013 mais dénichant une vieille boîte remplie de bandes couvrant toutes les époques de sa vie, Cass conserve l’idée de finir un disque avec elle. Durant trois ans, Cass et Tardon Feathered, un ingénieur du son spécialisé dans la restauration, ont nettoyé, transféré et examiné les vestiges de l’héritage musical de Karen, travaillant à partir de bandes abîmées et couvertes de moisissure. Ils y trouvèrent un embarras de richesse. Si le mystère persiste malgré ces trésors musicaux, ce qui est clair, c’est le talent et l’ambition d’une femme autodidacte, qui faisait des vagues dans une nouvelle ère d’Hollywood, et dépassant même ces frontières mouvantes. Ses chansons révèlent un portrait complet de l’identité musicale avec laquelle elle a si souvent joué à l’écran, où la confession et le personnage forment un lien poignant et singulier.

LP + 45T 26,00
1971-1976