MAXIME KERZANET - DIEUX QUE NE SUIS-JE ASSISE À L’OMBRE DES FORÊTS


OCTOBRE 2022


Maxime Kerzanet met en scène le théâtre comme la musique. Arrangeur et musicien dans le groupe Léopoldine HH, Dieux que ne suis-je assise à l’ombre des forêts est sa première créaWon solo. Au départ, il y a eu l’écriture d’un spectacle : Retrouvée ou perdue, d’après notre souvenir de Phèdre de Racine, créé en janvier 2021 au Théâtre le Salmanazar à Épernay. Pour ce projet, Maxime Kerzanet a invité quatre acteurs à créer un spectacle-poème en inventant des situaWons liées à leur souvenir de la pièce de Racine. L’une des situaWons récurrentes du spectacle était celle d’un personnage qu’il interprète, un acteur qui rend visite à ses parents dans une maison de retraite. Ses parents ayant eux aussi été acteurs, il leur pose des quesWons sur leur vie, sur le théâtre, sur ce qu’ils lui ont transmis. Ce^e situaWon lui a permis de me^re en jeu conjointement une réflexion sur le théâtre, l’héritage (li^éraire comme familial) et la transmission. Comment transme^re de la poésie? Comment donner à entendre l’enthousiasme pour un poème, pour les alexandrins? Une éWncelle jaillit de la mise en musique de quelques alexandrins de la pièce, de l’arrêt sur un vers et sa répéWWon en boucle, comme s’il portait un monde en soi. Les extraits chantés se me^ent soudain à exister en dehors de la pièce, de sa narraWon. Le désir de Maxime de se réapproprier le plus possible ce^e langue ancienne l’emmène vers le montage, le découpage, et l’aide progressivement à qui^er la structure du texte original, à s’éloigner de son sens premier pour élargir la portée li^éraire et émoWonnelle du vers. L’alexandrin bascule dans une nouvelle dimension. Du travail de Maxime et de son frère Manuel Faivre naît cet album, un labyrinthe sonore perme^ant de parcourir la pièce différemment, uniquement par le son et la musique.

lp 22,50