MEKONS - EXQUISITE


14/01/2022


À Paris en 1925, Yves Tanguy, Jacques Prévert, André Breton et Marcel Duchamp inventent un jeu qui consiste à composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. La première phrase du jeu étant « le cadavre exquis boira le vin nouveau », ils nomment ce jeu "cadavre exquis". Pendant le confinement, les Mekons ont adopté cette méthode pour assembler collectivement des paroles, mélodies et enregistrer de nouveaux albums. Dispersés dans divers endroits, allant de la côte ouest de la Californie à l’est de Londres, les membres du légendaire groupe de Leeds ont joué et chanté dans leur téléphone et se sont envoyés leurs enregistrements bancals. Mike Hagler a assemblé le résultat à Chicago et les a envoyé à The Baron pour qu’il soit mixé au Château Trumfio. Alors que le monde va à toute allure vers l’effondrement, entraîné par la folie avide du capitalisme, piétinant des cadavres électrifiés, nageant à travers les vagues de virus, plongeant dans les océans de pétrole enflammés, s'asphyxiant dans des relents racistes, il tente de s'échapper de ce cauchemar en hurlant pour au final s’enfuir comme des poulets lavés au chlore se réfugiant dans le nid de l'hypocrisie, de l’impunité et du complot. Un manifeste tentaculaire glissant habilement à travers des mélodies de violon, du digi-dub, des ballades au coin du feu et du rock & roll impérieux à écouter piste par piste, sans en sauter aucune et à envoyer impérativement à cinq amis sinon le ciel vous tombera sur la tête

Lp, Album 21,50