Michel Colombier - LE HASARD ET LA VIOLENCE


OCTOBRE 2022


Le Hasard et la Violence est un film franco-italien étrange, réalisé par Philippe Labro en 1974 en collaboraJon avec Jacques Lanzmann au scénario. L’époque est aux films à thèse sur l’ultra-violence tels que Les Chiens de Paille de Sam Peckinpah (1971), Orange Mécanique de Stanley Kubrick (1971) et Délivrance de John Boorman (1972). Le long métrage de Labro se disJngue de ceux de ses homologues américains par un parJ pris quasi onirique et une forme de psychédélisme soW. Une sorte d’ambiance lysergique qui a plus à voir avec l’idée que l’on peut se faire du trip LSD chez Castel que de la contre-culture californienne. Il y a de la crise du milieu de vie dans ce\e histoire du criminologue Laurent Berman (Yves Montand), en villégiature sur la côte d’azur afin d’écrire un essai sur la violence. Il est à la fois vicJme d’une agression et de l’amour qu’il porte à Constance Weber (Katherine Ross), une jeune doctoresse qui réveille en lui le démon de midi. Au sein de ce paradigme cinématographique, Labro a été traversé par une idée de génie en demandant à Michel Colombier de composer la musique de son film. Michel Colombier, rappelons-le, est un musicien de formaJon classique, passé par le conservatoire supérieur de musique de Paris. On doit à Michel Magne de l’avoir repéré et on comprend pourquoi, connaissant l’esprit fantaisiste et en même temps sérieux du père de la B.O. des Tontons Flingueurs. Les musiques de Michel Colombier pour Le Hasard et la Violence sont à l’image de sa carrière : de Gainsbourg aux Beach Boys, en passant par Paul Williams (alias Swan dans Phantom of the Paradise de Brian de Palma). Une B.O. qui passe du néoclassique au contemporain, via la pop groovy et le slow. Sans oublier le thème du film, une ballade qui tue avec les paroles immortelles. Il y a dans la chanson interprétée par Drupi (connu en France pour son lacrymal "Vado Via"), une sorte de romanJsme propre à Colombier. Oublions notre ironie postpost moderne qui ne remplace pas l’intelligence et laissons-nous happer par la puissance émoJonnelle de ce\e B.O.

lp 25,50