Pedrinho - Aleluia

À tout juste 18 ans, fraîchement débarqué à Lisbonne depuis son Cap-Vert natal, Pedrinho enregistrait son premier album "Aleluia" avec l'aide de labels locaux. C'était la fin des années 1970, et une communauté commençait à se constituer autour de musiciens des anciennes colonies portugaises d'Afrique venus s'installer notamment dans le quartier de la Rua de S. Bento. C'est à cette scène que le jeune label Mar & Sol a décidé de s'intéresser, inaugurant son catalogue en 2018 avec la réédition d'"Aleluia".
 
L'album tient du petit miracle du premier au dernier morceau par son atmosphère, l'évidence de ses mélodies, et ses rythmes chaloupés. Il se positionne quelque part entre afro-funk, jazz, funaná (musique traditionnelle capverdienne) et musique tropicale à synthés, sans qu'aucune étiquette déterminée ne puisse vraiment lui être apposée. Habitée par la présence singulière de son interprète, la musique de Pedrinho quand elle ne fait pas irrésistiblement danser, sait nous cueillir par sa douce mélancolie. C'est notamment le cas dans l'entêtante et magnifique "Ainda Lhe Espero", "Oração do Joven Triste" et ses cuivres languissants, ou dans "Mãe" portée par une guitare virtuose flirtant avec le rock 60's et 70's. "Aleluia" se clôt sur la chanson éponyme, un très beau final plein d'espérance pour le futur d'une Afrique indépendante. Si ce disque est encore aujourd'hui un des plus gros succès de la musique capverdienne, il est aussi à l'échelle de nos coeurs devenu un classique.
 
Voir cette publication sur Instagram
 

Pedrinho - Aleluia À tout juste 18 ans, fraîchement débarqué à Lisbonne depuis son Cap-Vert natal, Pedrinho enregistrait son premier album "Aleluia" avec l'aide de labels locaux. C'était la fin des années 1970, et une communauté commençait à se constituer autour de musiciens des anciennes colonies portugaises d'Afrique venus s'installer notamment dans le quartier de la Rua de S. Bento. C'est à cette scène que le jeune label Mar & Sol a décidé de s'intéresser, inaugurant son catalogue en 2018 avec la réédition d'"Aleluia". L'album tient du petit miracle du premier au dernier morceau par son atmosphère, l'évidence de ses mélodies, et ses rythmes chaloupés. Il se positionne quelque part entre afro-funk, jazz, funaná (musique traditionnelle capverdienne) et musique tropicale à synthés, sans qu'aucune étiquette déterminée ne puisse vraiment lui être apposée. Habitée par la présence singulière de son interprète, la musique de Pedrinho quand elle ne fait pas irrésistiblement danser, sait nous cueillir par sa douce mélancolie. C'est notamment le cas dans l'entêtante et magnifique "Ainda Lhe Espero", "Oração do Joven Triste" et ses cuivres languissants, ou dans "Mãe" portée par une guitare virtuose flirtant avec le rock 60's et 70's. "Aleluia" se clôt sur la chanson éponyme, un très beau final plein d'espérance pour le futur d'une Afrique indépendante. Si ce disque est encore aujourd'hui un des plus gros succès de la musique capverdienne, il est aussi à l'échelle de nos coeurs devenu un classique. #playvinyl #stayhome #loverecordstores #saveyourlocalrecordstore #aimezlesdisquaires rappel de nos alternatives à la situation "sans magasin": 1. boutiques fermées, mais #online opérationnel: https://cutt.ly/VtFPrD2 2. code promo #stayhome pour -10% (hors-préco et promo) dès 100€ 3. laissez vous tenter en ligne par l'achat de cartes cadeaux ou de packs mystères

Une publication partagée par Balades Sonores 🎵 (@baladessonores) le

lp 21,00