The Magnetic fields - THE HOUSE OF TOMORROW


28/01/2022


Replongez-vous dans les faits marquants de 1992. Le plus grand centre commercial des États-Unis, Mall of America, ouvrait ses portes au public à Bloomington. L'énorme sculpture en forme de poisson doré de Frank Gehry, El Peix, accueillait les athlètes olympiques de Barcelone. Et The House of Tomorrow, un 45 tours de quatre chansons sorti sur un petit label indépendant, marquait le début d'une nouvelle ère pour The Magnetic Fields. Lorsque Susan Anway, qui chantait sur les premiers albums Distant Plastic Trees et The Wayward Bus, a quitté le groupe, Stephin Merritt a pris le micro. C'était la première fois qu’il chantait sur un disque. Il cherchait à avoir un son simple, subtil et discret, à la manière du concept japonais de shibusa. En réécoutant, il y entend un peu trop l'influence vocale des Jesus and Mary Chain. De la même manière, les arrangements et la production de The House of Tomorrow semblaient globalement moins léchés que sur ses prédécesseurs, alors même que le son du groupe évoluait. Il voulait avoir une instrumentation rock, plus un violoncelle, comme Electric Light Orchestra mais sans clavier. Tout le monde était enregistré sur des pistes séparées donc il n'était pas question que cela sonne comme s’ils jouaient ensemble. Au lieu de cela, Stephin a choisi de mettre en valeur l'artifice. Et voila ! La batterie ressemble à "Tusk" de Fleetwood Mac mais de façon exagérée, le violoncelle sonne comme un synthé, et les guitares pourraient tout aussi bien être programmées. The House of Tomorrow a pris de l’envergure lors de sa réédition sur CD en 1996, avec l’ajout d’un cinquième morceau, "Alien Being", auparavant relégué à la face B du single "Long Vermont Roads". Les limites de la technologie avaient fait échouer les plans la première fois : on ne pouvait pas mettre cinq chansons de deux minutes et demie sur un disque 7 pouces, même à 33 tours. A l’occasion de son 30ème anniversaire, The House of Tomorrow est disponible pour la première fois sur vinyle 12 pouces version remasterisée. Des Expositions Universelles à Disneyland en passant par les dessins animés de Tex Avery et Hanna-Barbera, les visions de la maison du futur ont longtemps été populaires. Bien que cette nouvelle édition comprend une gravure de la maison visionnaire D.I.Y. Dymaxion de Buckminster Fuller, Stephin déplore la lenteur de l'innovation architecturale. Sa maison de rêve ? Le vaisseau spatial de Barbarella, avec pour voisins les Jetsons, flottant fièrement au-dessus du château d'Édimbourg.

LP, Album,vert 22,00