The Mountain Goats - DARK IN HERE


25 JUIN 2021


Lorsque les Mountain Goats se sont réunis en mars 2020, ce n'était pas pour faire un album, mais deux. L'idée était de travailler à nouveau avec Matt Ross-Spang, le fringant prodige de Memphis. Matt leur a proposé de passer une semaine à Sam Phillips Recording, son port d'attache à Memphis, suivie d'une autre dans les célèbres studios d'enregistrement FAME à Muscle Shoals, en Alabama, un plan qui s'accordait bien avec l'idée de John Darnielle de regrouper ces chansons en deux sets complémentaires : un clair, un sombre. L'album de Memphis, Getting Into Knives, serait ainsi plus lumineux, plus audacieux, marqué par des teintes riches et vibrantes alors que l'album de Muscle Shoals, Dark in Here, serait plus calme mais plus profondément texturé et intense. Au FAME, le mythe est palpable de Percy Sledge à Aretha Franklin en passant par Spooner Oldham, légende musicale vivante qui a joué avec Bob Dylan, et Neil Young. Spooner est partout dans Dark in Here - chaque fois que vous entendez un peu d'orgue Hammond ou de piano électrique. "The Destruction of the Kola Superdeep Borehole Tower" a été enregistré live avec Spooner et "Mobile" et "Dark in Here" avec le guitariste Will McFarlane, un autre vétéran local qui a joué avec Bonnie Raitt pendant des années. John a joué de la guitare acoustique et occasionnellement du piano, la section rythmique était composée du batteur Jon Wurster et du bassiste Peter Hughes, et le reste a été laissé au touche-à-tout Matt Douglas. Le résultat est quelque chose de plus dépouillé et intime que les arrangements luxuriants de Getting Into Knives. A propos de "The Slow Parts on Death Metal Albums", John concède que la chanson est autobiographique. Alors que les paroles « In a new universe / trying to find the mask that fits me » prendront une nouvelle connotation littérale dans les semaines suivant l’enregistrement, la chanson parle d'aller à des concerts de metal de la fin des années 80 au Fender's Ballroom à Long Beach, à la recherche d'un sentiment d'identité et de communauté dans des endroits étranges et parfois interdits. Ce thème - se sentir à la fois ostentatoire et invisible, le désir frustré d'être accepté - est repris ailleurs. Ensuite, il y a des élégies aux causes perdues, certaines grandes et institutionnelles comme sur "The Destruction of the Kola Superdeep Borehole Tower", d'autres petites et personnelles avec "Arguing With the Ghost of Peter Laughner About His Coney Island Baby Review", un hommage à feu David Berman (Silver Jews / Purple Mountains), dont le retour de son exil musical autoimposé avait été une grande fête pour le groupe. Quant à "Before I Got There", il néglige d’identifier ses victimes ou la tragédie qui les a frappées.

2LP bleu 34,00