THE TARIQUA 'ALIWIYA: - The ‘Imara


FIN OCTOBRE 2021


Limited white vinyl - 300ex only This version of the ‘imâra starts with the qahili introduction in the form of a prayer to the prophet, then the tawhid (the affirmation of divine unicity) : « lâ illâha illah llah ». This same dikhr (psalmody) quickens its pace, at first very slowly, then more and more rapid until the name of Allah is repeated to a binary rhythm. The fuqâra will shortly retain only hu (from Allahu) as it is gradually imposed by the qutb (the pole). The hu is transformed by this special ‘imâra alchemy into the unique breath of the spirant hamza (the sound emission technique is purely abdominal), and then, when the qutb claps his hands, it becomes more and more prominent. Associated with the name of Allah, the hu asserts itself by accelerating and quickening the pace to the point of metamorphosing itself into hamza. The balance between the soloist who sings the mystical poems and the rest of the assembly is progressively established, and then the accelration of the hamza finally throws the participants into the abyss of ecstasy. À Propos de Charles Duvelle Charles Duvelle est né en 1937. Après une enfance passée au Vietnam et au Cambodge, il étudie le piano et poursuit des études d'écriture et d'harmonie à Paris. C'est après avoir écouté de la musique africaine ( « J’ai eu, je pense, un choc comparable à celui des peintres du début du vingtième siècle, lorsqu’ils ont été confrontés aux arts dits primitifs ») qu'il entre en 1959 à la Société de radiodiffusion de la France d'outremer (Sorafom), organisme de coopération entre la France et l'Afrique fondé par Pierre Schaeffer pour favoriser la fabrication de programmes par les populations locales, société qui deviendra en 1962 l'Office de coopération radiophonique (OCORA). Charles Duvelle voyage dans de nombreux pays d'Afrique en tant que formateur, et aidé par les radios locales, prend l'initiative d'enregistrer les musiciens traditionnels tout en laissant une copie aux interprètes. De fil en aiguille, il crée en 1962 le label phonographique Ocora qui deviendra l'un des plus grands catalogues de musiques traditionnelles du monde entier. Lors de l'éclatement de l'ORTF en 1974, auquel l'OCORA était rattaché depuis 1969, Charles Duvelle part pour les États-Unis, où il se consacre à la composition de musiques de films, et travaille avec différents fabricants de synthétiseurs. Dans les années 1990, il revient à l'édition de disques en créant la collection Prophet chez Universal, pour une première série de quarante disques, qui reprennent des enregistrements partiellement publiés par Ocora, des inédits... Il se concentrait depuis sur la production de films.

LP BLANC 23,50
The Dance Of The Stars