Disque

IhweRiN7LncVNinG1ghWoXgRKitOrvI9xIKB3eo3i28

Every Man Has Your Voice

La lecture de Flore Avet :

« Je l’avais vu pour la dernière fois aux alentours de 16 heures. Depuis il y avait eu un repas, la tombée de la nuit et beaucoup d’allées et venues : des voitures et puis des créatures de la nuit. Les minuscules bêtes qui prennent une aura particulière dans notre vulnérabilité.

A présent les graviers avaient pris la couleur indigo des nuits de lune, tous les voisins ou presque étaient rentré dormir, mais lui, il n’avait pas daigné revenir.

Cette nuit là, je passais une nuit de sommeil fade, une oreille tendue vers la porte d’entrée, et la moitié de la tête tombée dans une série de rêves tout a fait alambiqués et piquants.

Je me réveillais à l’aube. Me préparais un café aigre. Trop tôt pour un café. Je me décidais pour une série d’actions exceptionnelles, à la mesure de l’événement. J’accomplissais dont à la file, une série de menues tâches, d’ordinaire diluées dans le fil d’une action plus grande.

À six heures du matin, le gravier était de nouveau blanc, gris, grège. Au fond du jardin, je voyais sa petite tête de chat étonné sortir du lierre, et courir vers la maison.« 

—————————–

Un univers où s’accordent les paysages bretons mélancoliques, les arrangements de la scène folk montréalaise et l’énergie déconstructiviste du vivier noise nantais. Toujours à la frontière entre ces diverses mouvances, EMHYV use d’effets électriques sur guitare acoustique afin d’offrir un univers sensible, soigné, pudique et pourtant toujours sur le point de s’embraser, porté par un chant tour à tour intimiste, pop et choral.