Disque

Maison Neuve_Joan

Joan

Enfin l’album ! Après plusieurs années maintenant, presque une décennie, de nouvelles disparates, Joan voit le jour ; et on se dit que Maison Neuve mérite décidément la belle réputation confidentielle qui l’entoure, cette aura underground  assortie d’une French touch, qui caractérise désormais le groupe emmené par Guillaume Faure.

 Joan est un de ces albums très longs en bouche, qui accrochent assez vite, qui séduisent et qui ensuite fascinent.

Quand on entend l’intro de “Victor” (deux notes de basse, un son un peu cheap), on a tout de même du mal à imaginer que le titre va décoller à ce point, qu’il va se densifier jusqu’à la tension, que la voix trouvera ces inflexions qui font chavirer la mélodie, fausse ritournelle, vers des flots moins limpides, et plus profonds. De même, “Lizzy in the Sea”, l’un des nombreux morceaux de bravoure de l’album planqué sur la fin de l’album, trouve une ampleur insoupçonnée au fil du morceau – jusqu’au final flamboyant.