Disque

karkwa les chemins de verre

Les chemins de verre

Les Chemins de Verre, nouvel album, avec lequel vous éviterez le yaourt sous la douche, sans vous asseoir sur le rock. Ne partez pas, on s’explique.

Quelques pistes : Arcade Fire coaché par le père Fouras (“Les Chemins de Verre”), pour partir à l’aventure sous la pluie; Bon Iver sous un soleil d’été, pour les fans d’amour estival bancal (“Marie Tu Pleures”); Radiohead plus lyrique’n’roll que jamais (“Moi-léger”). Et puis il y a les textes, tabernacle : « Je suis creux, dans la spirale, abus de butane, vapeurs de kérosène », scandés le long des guitares brûlantes du “Pyromane”, les mélodies caresses de l’acouphène, où sont lâchés des « J’écris sous la guillotine, je m’ennuie du silence endorphine dans mon ouïe, les bruits blancs sont de plus en plus noirs » ; “Le Bon Sens”, enfin, qui oscille en basse baston et arpèges malins, pour chanter : « Un tollé à la chambre de commerce, une pilule pour traverser l’averse, le cafard à la porte et plusieurs milliards dans la compote, king fraudeur en smoking s’enfuit dans le smog vert de gris ». Avec tout ça, on a oublié les compliments. A vous de jouer.