Disque

Orval Carlos

Recovery Tapes

Un disque en solo plein de bricolages pop psychédéliques aux refrains à tiroir et aux arrangements dérangés, aux mélodies sucrées acidifiées à coups de jus de citron saturé et de nappes de synthé malade. 

La Lecture de Disque de Flore Avet

Dans une grande maison ouverte à tous les vents, une foule se pressait, tranquille dans les promesses du soir. 
D’un peu partout s’agitaient sans agressivité des éclats de cordes, des sons saturés. Les sons sont partout comme chez eux, filent dans le sillage du mouvement des corps, s’enroulent autour du cou lorsque l’on passe la tête, que l’on s’offre aux saturations. 
Dans le ciel rouge, sous les pieds les craquements et l’odeur de la nature sèche. Des sons multiples, comme de plusieurs batteurs transis secouant la maison. 
C’est la maison de personne. Le jardin fume, on y mange, on y trace des dessins sur le sol dans la poussière, et c’est là que se mélangent les idées des garçons. Ils jouent, tapotent, rient et leurs voix roulent, ils essaient, et l’on voit leur délicatesse foudroyante, la beauté des filles, le cuir tendre, la peau tiède. 
C’est un endroit où l’on essaie, ensemble, nonchalants et pour se donner du courage. Dans la maison où l’on joue profondément, où l’on serre le ventre de chanter avec force, mais où tout s’évanouit, sans qu’il n’y ait de gêne. C’est la maison où dans le même geste, dans le prolongement, tu chantes, et tu souffles, et tu ris. 
C’est l’endroit pour être heureux.