Disque

Pollyanna_LP-4.indd

The Mainland

Pollyanna, projet à géo-métrie variable d’Isabelle Casier, jette un dernier regard sur la vieille Europe chargée de souvenirs, avant d’embarquer pour le Nouveau Monde, la guitare sur le dos. The Mainland, son deuxième album invite en tout cas au voyage, reposant sur une rythmique inventive qui l’amène à créer une cartographie étendue des styles musicaux: power pop, country, steady, voire carrément calypso.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – 

La Lecture de Disque par Flore Avet :

« A quelques pas de là, les ruches.

Il les avait installées dans une clairière, en prenant grand soin de les dissimuler sous les feuilles. 

Des enfants ne comprendraient pas, auraient peur, s’agiteraient. 

Nous avions des doutes également sur notre confiance. 

Elles étaient dissimulées derrière des feuillages, et pourtant leur bruit était omniprésent. Le vrombissement de ces milliers d’ailes ne s’arrêtait jamais franchement. Ici, à la nuit tombée, c’était le vent, une année de temps en temps, la tempête de hannetons. 

Nous ne disions rien aux plus jeunes. C’était un secret avec lui. Sa nouvelle activité. Le miel. Prendre grand soin de ces organismes fragiles et ténébreux. 

Parfois une abeille venait mourir sur les dalles de granit. Et je tremblais. 

De sentir ce monde inquiétant se soulever comme un seul filet. Insensibles à notre présence. Une petite piqure suffirait à tous nous agiter, soulever les bras, utiliser vinaigre, salive, eau courante. 

Parfois juste sa silhouette paraissait derrière les bosquets. 

Il tirait les panneaux pleins de cire gluante, les abeilles molles oeuvrant à sa surface. 

Son crâne était lisse, et il souriait. «