Disque

billy nelson water sports

Water Sports

De Chromatics à John Maus, les synthés des années Reagan et Mitterand occupent une place de choix dans la pop underground de ce début de siècle. Pas seulement une affaire de nostalgie, leur charme provient de leur timbre particulier et de leur je-ne-sais-quoi d’âme en plus, qui donne à ces instruments d’avant-garde un charme riche et froid à la fois.

À l’écoute de son premier album, on se dit que Billy Nelson devrait être d’accord. Rempli de nappes synthétiques et d’arpèges de puces électroniques et mené par un chant bizarrement émotif (ou peut-être est-ce l’inverse), Water Sports brasse dans un même élan la synth pop des caves anglaises de 1984 et le romantisme vicié de David Lynch (dont on ne doute pas de l’influence sur Billy Nelson, en regardant la très belle pochette de Water Sports).

Concis mais léché, ce mini album est une petite perle rétro-moderne au songwriting enfumé bien encré dans son étrange époque. Preuve de son actualité : le vinyle (rose) est accompagné d’un calendrier.