Disque

bumpkin island_cover

Perfect Life

La Lecture de Disque par Flore Avet

« Des îles hantées, peu se laissent convaincre d’être mises en lumière. Sur cette petite île qui prendrait l’eau de toutes parts, fracassée par du liquide qui deviendrait glace, imagine qu’il y aurait eu une maison.

Faite de bruits de cascades, de tourbillons de verres entrechoqués et de chants de marins épuisés. Une bicoque de chanteurs, de générations, de modes, de nouveaux sons. Imagine qu’il y ait eu ce petit lieu de rendez vous, de chanteurs de musiciens qui donneraient une couleur, une tonalité à cet espace, cette île battue.

De la musique sombre liquide, dense, électrique comme un bleu outremer.

Imagine sur cette île des vieux chanteurs qui hanteraient l’espace. Dont le souffle s’arracherait de la bouche vers la terre et ferait changer la densité, la lumière. Le souffle cassé et rompu qui se poserait sur la terre comme en cachette.

Imagine des jeunes aventuriers seuls au monde, visiteurs arrivés sur cette île par surprise. Simples voyageurs, à la recherche exaltée d’un son mystérieux.  Imagine cette recherche, le pays d’où viendrait cette résonance entêtante.

Imagine les nuages de vieilles âmes canailles portées par des foules vigoureuses. Imagine un immense corps d’histoire étendu au sommet de dizaines de bras fins et forts. Abandonné, comme roulant fatigué à l’entrée de l’océan. Ça serait comme d’être un immense et vieux chanteur mythique, aux os fragiles porté par une jeune foule transie et vigoureuse. Des échos du vieux blues qui chaloupe, avec en soutien des sons scintillants, neufs, échos de notre modernité. Imagine des jeunes bras pressés d’électriser des voix intérieures, gardiens d’un secret à ne pas laisser s’échapper. Imagine un vieux paysage. Un espace adoré et en proie au changement. La peur, l’épuisement de le craindre dénaturé. Imagine de jeunes aventuriers décidés à protéger ce qu’ils ont reçu un soir d’illumination. Une mission secrète, une fièvre à faire passer sans en connaître l’origine. Imagine une vieille âme de la musique originelle planer sur une petite troupe innocente et inspirée. Un petit groupe de jeunes âmes aux yeux fermés. Qui laissent couler en eux les vieilles voix. Elles étaient rocailleuses et fragiles. Ils chantent fatigués et habités, chantent au bord du souffle, comme en plein sommeil. Ils chantent des secrets qu’eux même ne connaissent pas. »