Disque

June et Jim les forts

Les Forts

June et Jim livrent une musique mystérieuse et chaude, où une pop envoutante et acoustique se mêle à l’écho d’une ancienne chanson ibérique. Sur ces onze titres chantés en français et parfois en espagnol, se jouent la guerre, les rêves, la chasse à l’homme et les rapports de force, se découvrent la joie provoquée par la lumière et la chaleur, la poussière qui crée les mirages, les parcours brumeux et boisés.

 

La Lecture de Disque, de Flore Avet

Dans tes volutes s’incarnent de troubles cambrures, des bouts de corps dont on entend parler, que tu chuchotes et qui m’émeuvent.
Lorsque tu remplis l’air de ce velours cendré, lourd et mou, je retiens mon souffle. J’attends de pouvoir y glisser une hypothèse, mais surtout, je ne ris pas, l’air léger, c’était avant.
Tu fumes autour de moi un air de chaos intense, de fourmilière des réponses que l’on a évoquées. Tu fumes comme je marmonne, quand je cherche une fin à l’histoire que je suis en train de raconter.
Je me glisse dans l’air que tu tapisses d’opaque pour y aventurer des bribes de ce dont je rêvais la nuit passée. Je pensais une chose, j’avais une réponse, là tu y produis un ciel.
Tu dilates la profondeur de la pièce et ta respiration est ample et frontale. Tu fumes, et tu exhales ce souffle chargé en tête. Comme pressé. Ta respiration est longue comme quand tu dors. Tu fais des paysages que je respire avant qu’ils ne s’échappent.
Il faisait si doux quand je t’ai rencontré, l’air était familier, tu t’es mis à fumer ce la m’a presque surprise ; tout à coup, tu rendais l’air sauvage et rude. J’ai souri. »