Disque

x0WsCQmKPcDlBzNONCb4o-nVAMjUJHEU7zczS5npMhQ

Kid Parade

Il y a un plaisir compulsif à écouter ces titres concis, sans surplus, portés par l’inusable triangle guitare- basse-batterie et une voix extatique et perçante comme avec Clap Your Hands Say Yeah, une référence affichée. De la mélodie imparable de « Friends » à l’émouvant « 100 Tears », chaque chanson procure des joies simples et pique un peu notre fibre nostalgique, comme seule la bonne pop music sait le faire. 

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

La Lecture de Disque par Flore Avet :

“C’était doucereux et brûlant.

Le retour de la sensation  qui pique, semble faire fondre la langue, parcourt un courant électrique sur les papilles gelées.

Roses flammes.

Sur tes joues rebondies, là où elles sont les plus pâles, à peine voilé le retour de la saison qui pique.

La plus moite, la plus bruyante des saisons.

Et sur le bout des lèvres, un peu de sucre, du froid, de la couleur.

Les autres criaient également. Nous nous recouvrions de nos couleurs respectives.

Au bout de quelques mois la saison s’achevait, et alors tout se recouvrait de glace.

L’atmosphère n’était que piqûre, mais une grosse masse douce et trouble, sans fond ;  un amas de gel grisâtre.

Les couleurs, à l’intérieur.

Piqûre des fruits sur la bouche.

Je ne saurais pas dire pourquoi, mais avec toi ça ne marchait pas. La glace coulait, tout le temps.

Il fallait te voir, tourner et tourner encore le bras  comme un ruban de gymnaste au ralenti.

Pour trois mois, il faudrait te voir, barbouillé de framboise, et heureux. “