Disque

COVERLeMeprisEP

As You Lay To Die EP

Le Mépris fait son film, son rêve américain. Thelma et Louise au masculin. Sur une basse-batterie sixties, se déploie un couple guitare-voix plus nineties avec une bonne dose de reverb’ qui donne cette impression d’immensité, en même temps qu’une dimension onirique. Et l’écho des chœurs lointains dans les canyons. Une vague nouvelle qui revient en arrière pour prendre un chemin différent. Un rêve éveillé.

La Lecture de Disque de Flore Avet : 

« J’avais pris cette habitude, d’aller travailler, seul au monde, comme dans une blague. Comme si ça n’allait durer qu’un temps, et puis personne pour constater la dérive, mettre les sourcils en accent circonflexe pour souligner le problème. Ça s’arrêterait sans doutes, avec le retour à la normale. Bref, je dévalais des escaliers, seul au monde, j’avais une démarche rageuse, une angoisse un peu lointaine, seul au monde. Un sentiment un peu désinvolte, détaché, le problème n’allait de toute façon pas s’incruster. Un jour, ils sont revenus. J’avais dévalé mes escaliers comme dans un rêve énervé, et puis je suis tombé de stupéfaction : ils étaient tous revenus. Dans les cafés, sur les trottoirs, dans les magasins, partout ils s’étaient de nouveau infiltrés. J’avais cru qu’ils me laisseraient espérer des jours meilleurs toujours. Ils avaient déserté ma campagne tant aimée, et étaient revenus à côté de moi. Hanté. Plus seul que jamais. Ils sont revenus, et revient elle aussi la brûlure, partir, voilà pourquoi la désinvolture. Partir chez moi. Tranquille. «