Disque

l'architecte de st gaudens mehdi zannad

L'Architecte de St Gaudens

Sur la bande son de ce film musical de Julie Desprairies et Serge Bozon s’exprime toute l’élégance de l’écriture de Mehdi « Fugu » Zannad, accompagné pour l’occasion de jeunes musiciens amateurs recrutés sur le lieu de tournage.

Face A : mélodies lumineuses et orchestrations soignées. Face B : un dessin de Mehdi Zannad lui-même gravé.

« L’Architecte de Saint-Gaudens était à la base une commande passée à la chorégraphe Julie Desprairies par Pronomade(s), centre national des arts de la rue, pour une pièce dansée impliquant les habitants de Saint-Gaudens et de sa région. C’est devenu un film musical co-signé par Julie Desprairies et Serge Bozon (Mods, La France, Tip Top…) et composé et interprété par Mehdi « Fugu » Zannad.

Sélectionné dans plusieurs grands festivals (dont Locarno en 2015 mais aussi Côté Court à Pantin et Jeonju en Corée du Sud cette année), le film raconte la promenade d’un architecte qui chante les bâtiments qu’il a conçus et dialogue, en musique, avec les habitants.

Imaginaire folklorique, inventé pour cette ville thermale du pied des Pyrénées, cette musique se serait figée dans le temps, quelque part entre le tout début des années 60 et la fin des années 70. Elle a été en partie enregistrée par les musiciens amateurs de St Gaudens : enfants, lycéens, adultes, retraités, dans un ensemble mélancolique et fragile.

Mehdi, fidèle a ses obsessions, convoque pour l’occasion une palette d’orchestre : bugle, clavecin, violons, violoncelles, flûtes à bec et traversières, clarinettes, choeur… Surtout, on y entend, omniprésent, le Clavioline, synthétiseur antédiluvien, utilisé dans le fameux Telstar de Joe Meek. Mais aussi des batteries yéyé (O.N.F.) , une déclinaison de Louie Louie (Tribunes), un glam juvénile (Bagatelle) et une power-pop song 70’s à étages (Promenade) – le tout sur des paroles en français, écrites par Julie Desprairies.

En somme, l’Architecte de Saint-Gaudens apparaît comme la suite de « Fugue » – album culte sorti en 2011, sur lequel Fugu était devenu Mehdi Zannad, chanteur français, interprétant les textes de Serge Bozon. Cette pop scintillante et décalée composée à l’origine pour le film s’est muée en véritable disque,  disponible désormais en vinyle collector numéroté – avec une gravure originale de l’artiste sur la face B. »