Disque

maxresdefault

Contrepoint (Because)

Échappé de Air, Nicolas Godin nous offre un premier album en forme de clin d’oeil à Bach, ce qui en dit long sur le raffinement musical de ce dandy quadra. Avec Contrepoint, le multi-instrumentiste versaillais nous offre une démonstration en toute élégance de son goût pour les atmosphères cinématographiques prenantes et de son talent pour s’approprier avec une classe et une sophistication sans pareil des genres musicaux variés et hors du temps.

À l’écoute des huit morceaux qui composent cet album fin et néanmoins dense, on pensera facilement aux arrangements épiques d’Ennio Morricone, à la fougue de John Barry et au ludisme de Danny Elfman. Mais ce serait minimiser la profonde sensibilité pop de Nicolas Godin, qui fait de lui un compositeur et arrangeur hors pair, dans la droite lignée de Jean-Claude Vannier et Michel Colombier, avec un sens mélodique délicat et une aisance déroutante pour s’appropier des genres variés, de la bossa la plus jazzy à la pop électronique, en passant par le kraut rock…

Plus expérimentale et moins pompeuse, parce que plus ludique, que celle de Air, la musique de Nicolas Godin en solo entretient un certain savoir-faire de pop à la française intemporel. Avec légèreté et aisance, Contrepoint saura séduire les fans inconditionnels de la B.O. de Virgin Suicide comme les amateurs de musique aux beaux atours.