Disque

LXLGPrYQfHDPox9CfNP0HLspkgu2DqLfozb6mlGMnPQ

Blurry Print

La lecture de Flore Avet :

« S’il y a bien un moment où toute son attention est nécessaire et doit converger vers un seul objectif, c’est maintenant.

Il y avait une blague qui courait chez les pilotes, qui disait que quitte à s’endormir, mieux valait-il que ça arrive à la montée qu’à la descente.

Contrairement à ce que l’on pense, il n’y a rien de plus facile que de sortir de l’attraction terrestre. Chaque tuteur peut te l’expliquer, à un moment précis, il faut faire piquer l’appareil assez rapidement et relâcher toutes les pompes ; finalement, l’appareil glisse tout seul, comme entre deux courants. Au contraire, retourner dans notre système solaire demande un certain effort.

Il y a un moment de flottement, après l’observation quand il s’agit de revenir. Une sorte de grisement à être nulle part, à décider tout seul du temps d’air encore disponible… Et puis l’attraction terrestre est si étrangère alors, comme une pellicule qu’on ne peut pas percer.

Il avait enlevé son casque, suspendu au pied de cette frontière invisible, dernier abandon avant le retour sur terre. Il lui restait 12 minutes d’oxygène.« 

———————————

« Odds & Ends est un projet articulé autour de Mathieu Gueros, chanteur et compositeur, de Maud Octallinn, pianiste et chanteuse folk, et de Karim Sannak, batteur. Blurry Print, leur premier album autoproduit, est décrit par le chanteur comme un « généreux bric-à-brac » de huit titres, mais il demeure avant tout pour Vacarm un véritable coup de cœur.

Le disque débute avec « The First Light Of Dawn » où la voix très grave de Mathieu Gueros fait son apparition sur une ambiance sonore qui fait tout de suite penser à Woodkid. Après ce titre qui ouvre l’appétit musical, on découvre la superbe « Forever Free », véritable hymne pop-folk aux accents rock. « Handsomeness » rappelle plutôt, quant à elle, la douceur et l’énergie contrôlée de Girls In Hawaii ou encore de Low. Les voix deMathieu Gueros et de Maud Octallinn se marient parfaitement pour donner une mélodie entêtante. De même, « Dichotomy » met en valeur la voix très grave du chanteur d’Odds & Ends pour nous offrir une superbe ballade. Il faudra cependant attendre « Sweet Late-Night Ride » pour avoir un véritable aperçu du talent vocal de la chanteuse et pianiste. L’influence de groupes comme Bowerbirds ou Cocoon est alors flagrante. Les trois dernières chansons de Blurry Print se démarquent du reste de l’opus. En effet, « Dear Antlers », « Far From Home » et « Between Darkness And Light » comportent des sonorités beaucoup plus rock. À noter la grande beauté de « Dear Antlers » où le chant de Maud Octallinn captive purement et simplement. En définitive, on ne peut pas cantonner Odds & Ends à l’étiquette de « groupe de folk » car il est bien plus complexe que cela. C’est un savant mélange de styles différents où l’union de ces deux voix produit une véritable magie. À découvrir absolument ! »

Vacarm, 30 juillet 2013