Disque

benjamin petit delor

New Territories (Musiques Hybrides, Causes Perdues, Believe)

Cela a toujours un effet très déstabilisant, de découvrir la musique d’un film avant d’avoir pu le voir. Ainsi détaché de sa fonctionnalité, une bande originale, lorsqu’elle est réussie, s’offre à son auditeur enrobée d’un mystère propice à la rêverie, stimulant son imagination et invitant à un voyage sensoriel.

C’est exactement ce qu’il se passe, avec la musique de New Territories, composée par le multi-instrumentiste Olaf Hund, pour le film de Fabianny Deschamps (à paraître le 2 décembre au cinéma). Mélange d’électronique atmosphérique et expérimentale et de musique néo-classique et minimaliste, elle dessine l’image mentale d’un tableau fantomatique tout en nuance de gris, mélancolique et mystérieux.

Succession de courtes plages instrumentales qui s’imbriquent naturellement les unes dans les autres, la musique de New Territories est expérimentale mais pourtant facile d’accès, parce qu’elle comporte toujours une porte d’entrée accueillante : ici une basse toute ronde (« Walkaways »), là des cuivres mystiques (« Hong Kong Waters »), un ensemble de cordes romantiques (« Procession », le thème principal), un piano joueur (« Bar Side Evans »), une boite à rythme technoïde (« Light Towers »), etc.

Ponctuées de percées dissonantes et bruitistes, cette bande son se veut avant-gardiste mais bien de son époque. En effet, elle ne ne laisserait sans doute pas indifférent certains cinéastes de l’étrange et de l’émotion, de la cruelle Claire Denis à l’étrange David Cronenberg, en passant par le plus doux Jim Jarmush.

« L’extraordinaire partition musicale d’Olaf Hund renforce ce véritable voyage, un cinéma contemporain dont l’irréalité totale touche les sens. »
Visao

« The standout technical contribution is the shape-shifting score of Franco-German electronic musician Olaf Hund. »
The Hollywood Reporter