featured-Artist

Robi

Robi

S’il fallait absolument, en guise de préambule, résumer Robi en un seul mot, celui de “magnétique” s’imposerait, soit, selon la définition littérale, “un phénomène physique par lequel se manifestent des forces électriques en mouvement”.

Comme des pôles s’attirent ou se repoussent, sa musique équilibriste incarne la plus assumée des ambivalences. Robi livre aujourd’hui son deuxième album, La Cavale, écrit et composé pour la première fois entièrement seule. Ce nouvel opus, tout en contraste et d’une noire incandescence, s’impose comme la suite logique et audacieuse de son premier album L’Hiver et la Joie qui, faut-il le rappeler, la révéla grâce à quelques envolées pop moderne (On ne meurt plus d’amour), un duo mémorable avec DOMINIQUE A (Ma Route) ou une reprise très remarquée de TRISOMIE 21.

Si Robi se tient effectivement à l’écart des murs épais des traditions d’une chanson française assoupie, elle est tout sauf isolée. Il suffit, pour s’en convaincre, de se pencher sur ses collaborations avec DOMINIQUE A ou JEAN-LOUIS MURAT – certainement les langues les plus libres d’aujourd’hui – la brillante KATEL à la co-réalisation, ou ses accointances avec MAISSIAT, ARMAN MÉLIÈS ou RADIO ELVIS, préparant avec ce dernier une création en duo pour une poétique fusion de leurs répertoires. Robi est en marche, toujours en partance, La Cavale donc…