Disque

jUSjRWGwl_Sz_uUY-51nci6WYCkDn4d8nzqeOhxYXvg

Honestly

Alchimie des forces contraires, machine désirante et paradoxale, TOOOD préfère largement convoquer les puissances abyssales et les soleils noirs de l’oxymore. À la fois masculin et féminin, synthétique et organique, fragile et puissant, psychique et charnel… Une osmose cronenbergienne, électrique et érotique, où la chair et les machines s’enlacent, évoquant Suicide, Silver Ap- ples ou Portishead. 

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

La Lecture de Disque par Flore Avet :

“C’est toujours le moment d’hésiter.

Le sujet est là, stable, constant, en sommeil, l’hésitation possible, mais le silence la surpasse. La question n’a pas de fin.

Jusqu’ à ce matin froid, où il me demande ce que j’en pense.

Et peut être il y a une erreur dans le système que je met en place.

Peut être les notes sonnent trop froides ou trop profondes.

Dehors il fait froid, aussi les images qu’il me propose ont l’aspect rugueux d’une peau toute serrée. Un petit voile recouvre ces deux figures dont il me demande le sens.

Un en haut, un en bas, un choc clair et mat, comme s’ils se cognaient en dansant. C’est la ma certitude, là peut être qu’il voudra me signifier mon erreur.  

Je n’y vois pas autre chose. Cette image j’y ai mis ma moitié.

Sombre, bichromique. Dans les interstices,  après que le regard ait voulu forcer la barrière du noir, je voyais entre les deux figures exploser des couleurs sans gris.

Des figures là aussi, qui courent sur la brume blanche.

Lui me demande ce que je vois. J’ai envie de lui répondre : je vois à vos yeux inquiets et statiques qu’il fait froid.”

Toood

Honestly (Froggy's Session)