Disque

Yeti Lane

The Echo Show

Des pop songs finement ciselées propulsées dans un espace sonique en forme de mille-feuille méticuleusement conçu et stratifié, avec volutes de synthés analogiques et arpèges de guitares flottants en apesanteur. 

La Lecture de Disque de Flore Avet

A n’y plus rien comprendre. C’est ce sentiment que l’on a depuis plusieurs années déjà, et qui semble resserrer son étreinte, de saison en saison. Changer la prise, changer d’attaque. 
C’est le vertige et l’empressement qui reprend la main, à chaque fois. Quand de nouveau les jours s’alignent, qu’ils sont faits de marqueurs forts, que l’on se dit : il fait plus jour qu’hier. La nuit est moins dense. Tu as vu ce ciel électrique ? 
Il ne faut pas dire que l’on a peur de conduire. Ne pas montrer. La vitesse est douce, la machine droite, il ne faut pas laisser monter ce rugissement. Si tu tiens fermement la route, la noblesse de cette carrosserie restera intacte. Juste tu acceptes ce frémissement, tu le laisses électrifier le ciel. 
C’est à n’y plus rien comprendre ces averses, ces trombes d’eaux, ces craquements soudains. Tu te rends compte ? Le bleu de ce ciel ? Indigo, puissant comme ça, ça annonce une saison de jours torrides et d’orages à trembler. Sous la vitre inondée qui crépite, sous ta peau l’inquiétude qui se fond et brûle, les lumières du chemin se démultiplient, intenses, un kaléidoscope d’urgence dans lequel se déploie des monochromes. 
Ces prismes, ces lumières qui bavent, la sécheresse du bruit, ce que tu n’attends pas de l’orage.