Divan du Monde

Le Divan du Monde est une salle de spectacle parisienne située dans le quartier de Pigalle.

Au début du xixe siècle se trouvait là un bal appelé la Musette de Saint-Flour. Il devient vers 1861 la Brasserie des Martyrs, fréquentée notamment par Charles Baudelaire ou Jules Vallès. Celle-ci est remplacée en 1873 par un café-concert baptisé le « Divan japonais » par son propriétaire Théophile Lefort en raison de son décor japonisant. Son successeur, Jules Sarrazin, fait aménager au sous-sol une seconde salle appelée Temple de la Bonne Humeur. Yvette Guilbert, engagée en 1891, se fait un nom au Divan japonais. Dranem s’y produira également. On y joue en 1894 la pantomime Le Coucher de la Mariée où l’on voit pour la première fois sur scène une femme « nue » (c’est-à-dire en maillot rose quelque peu transparent), ce qui fait scandale2. Toulouse-Lautrec et Adolphe Léon Willette, puis Pablo Picasso, sont des habitués de l’établissement.

En 1901, le Divan est transformé en Théâtre de la Comédie mondaine. Il est remplacé bien plus tard par un cinéma spécialisé dans les films pornographiques.

En 1994, ce lieu rouvre ses portes sous le nom de Divan du Monde, pour accueillir essentiellement des concerts consacrés aux musiques du monde.

En novembre 2009, le Divan réapparait sous un nouveau visage : une salle entièrement rénovée et re-décorée, à l’acoustique repensée avec de nouvelles ambitions artistiques. Le Tout-Paris redécouvre cette salle qui accueille dorénavant différents types d’évènements allant des concerts (locations et programmations) aux soirées clubbing en passant par les privatisations.

Infos

75 rue des Martyrs
75018 Paris

Site Web