Artiste: Dog Park

Festina Lente

20,00 20,00

En stock

UGS : bs-435227 Catégories : , , , Marque :

Date de disponibilité: 4 mai 2024

Description

“Festina Lente” : le groupe Dog Park prend son temps et c’est captivant
par Arnaud Ducome, Les Inrocks

Le quatuor signe un premier album pop élégant et sensible. Une invitation à la lenteur et à la rêverie hautement recommandée.

Si Paris n’est plus réellement une fête, ses rues (et salles de concert) favorisent encore les belles rencontres à l’international. Paris, c’est la ville où Erica Ashleson (Américaine déjà croisée au sein du duo Spécial Friend), Isabella Catani (Brésilienne connue sous l’alias Green Catani), Jean Duffour et Sarah Pitet concrétisent le désir de jouer ensemble en créant Dog Park, en 2021.

À la scène comme en studio, le quatuor envoie valser les étiquettes : pas de leader, ni de rôle gravé dans le marbre. Les membres de la formation lo-fi s’échangent d’ailleurs librement les instruments en cours de set, tout en conservant une musique à l’identité marquée. Le groupe porte en toute simplicité sa mélancolie naturelle. Les amateurs de Veronica FallsBeach House ou Real Estate resteront en terrain connu.

Sensible et noisy

L’adage latin Festina Lente (“Hâte-toi lentement”), qui a donné son nom à ce premier album, illustre parfaitement ces voyages quasi immobiles vécus par l’auditeur à l’écoute de ces dix titres. Un oxymore idéalement trouvé pour évoquer la dream pop du quatuor mixte : sensible tout en étant parfois noisy et débraillée, lente mais avançant inexorablement droit vers le cœur.

C’est la promesse d’une fête lente donc, à la fois fin et commencement. Belle et poétique comme la dernière danse d’un couple tournant au ralenti dans le bleu terne de la première aube ou la rencontre de parfaits étrangers soudés par un rendez-vous dans un parc à chiens. Un éloge de la lenteur, ainsi qu’un avertissement (hérité du père d’Isabella) contre l’intensité comme puissance organisatrice du monde, où vivre le plus vite et fort possible représente un idéal contemporain, mais aussi une nouvelle prison. Dog Park a choisi d’avancer à son rythme, et on les suit les yeux fermés. Il s’en passe décidément des choses dans ce parc à chiens.

Festina Lente (Géographie/Modulor). Sortie le 19 avril. En concert le 31 mai au Pop Up du Label, Paris.

Composé en un an dans un studio proche de la Place des fêtes à Paris, Festina Lente, le premier album de Dog Park, réunit la sensibilité de ses quatre membres venus d’horizons divers : l’américaine Erica, la brésilienne Isabella et les parisiens Jean et Sarah. Parce que les rôles s’échangent entre les chansons, tour à tour : voix lead, chœurs, instruments, il n’y a pas de compositeur.rice désigné.e dans le groupe : chacun.e apporte des fragments de chansons qui sont ensuite travaillés ensemble. Cela se ressent fortement dans les dix titres constituant leur premier album, aux styles et atmosphères variés : ceux chantés par Erica, à la voix claire, tendent vers la twee ou la dream pop, avec un rythme souvent soutenu ; le timbre grave de Sarah, flirtant avec le grunge, s’accorde aux titres les plus sombres ; Isabella apporte des moments de calme aux accents jazz. Quant à Jean, c’est par sa guitare et son style de jeu jangly qu’il se distingue et révèle les influences premières de la bande : Real Estate, Kacey Johansing et les sorties Captured Tracks du début des années 2010, de Veronica Falls à Beach Fossils. Des formations incontournables de la scène indie pop avec qui Dog Park partage le sens des mélodies efficaces dont il est impossible de se défaire, une esthétique sonore volontairement lo-fi et une grande force mélancolique.

  1. Sunny Decadence
  2. Time
  3. Lalala
  4. Stimulation
  5. Goldfish
  6. Rewind
  7. Trial & Error
  8. Kaleidoscope
  9. Head in the Clouds
  10. Mirror

Informations complémentaires

bs-qtty-weight

Format

LP noir

Genre